La Cour des comptes salue les performances de Récylum et ses bonnes pratiques de gestion

index100216-1

Alors que la Cour des comptes analyse le fonctionnement des filières REP dans son rapport annuel publié ce jour, Récylum fait le point sur l’audit de la Cour des comptes dont il a fait l’objet et dont il vient de recevoir le rapport. La Cour salue tout particulièrement les performances de collecte de Récylum pour les lampes ainsi que ses pratiques de gestion. Une bonne nouvelle alors que le modèle des éco-organismes est souvent challengé sur des questions de gouvernance et d’atteinte des objectifs.

La Cour des comptes considère que Récylum est « un éco-organisme fonctionnant de façon très satisfaisante ». Elle souligne ses « bonnes pratiques » et notamment « les moyens et outils mis en place en matière de déontologie ».

arrow-upload-blueDes performances de collecte qui permettent d’atteindre les objectifs réglementaires

Alors que « le taux national de collecte de la filière des DEEE n’est plus atteint depuis 2011 », la Cour des comptes souligne que Récylum « se distingue de ses homologues généralistes » et se trouve « dans une situation plus favorable : son taux de collecte était encore dépassé en 2012 et proche de l’objectif en 2013 » (NB : l’analyse de la Cour des comptes porte sur la période 2005-2013). En 2015, avec 43% le taux de collecte des lampes est encore une fois au-dessus de l’objectif réglementaire (40%).

arrow-upload-blueDes bons points pour la gestion de Récylum

Le fonctionnement de Récylum en matière de mobilisation des contributions (démarches menées en vue d’accroître le nombre d’adhérents et contrôles exercés à leur égard) est jugé « très positif ». La Cour des comptes considère par ailleurs que la garantie, via des outils de gestion et de contrôle interne « très complets et bien formalisés », d’une absence de financement croisé entre les lampes (DEEE ménagers) et les DEEE professionnels « constitue un point fort ». Enfin, si le niveau des provisions pour charges futures de Récylum dépasse encore le plafond réglementaire, il est en diminution régulière. (NB : ces provisions doivent permettre à Récylum de faire face à l’augmentation à venir de la collecte des lampes alors que leurs ventes diminueront dans le même temps du fait d’une durée de vie en constante augmentation).

arrow-upload-blueUne gouvernance impliquant toutes les parties prenantes

La Cour des comptes considère que la structure de décision et de concertation de Récylum est « adaptée », incluant la totalité des parties prenantes de la filière. La Cour juge satisfaisants le mode de sélection transparent et objectif des prestataires de collecte et de traitement, et les contrôles exercés sur ceux-ci. Véritable « point fort » : le taux de présence de 100% des administrateurs de Récylum dans les instances de gouvernance alors qu’ils ne touchent pas de jeton de présence, preuve de la forte implication des producteurs dans la filière.